Pensées féminines 2


Illustration : Konstantin Dahlem

 

Après avoir lu, nos écrits épistolaires, mon bas ventre se contractait, était dans la demande, de tes caresses, et de tout ce que tu y avais évoqué.
Alors, j’ai enlevé mon pantalon, je me suis mise debout, j’ai plongé mes deux mains entre mes cuisses, et j’ai commencé à me caresser les lèvres de mon sexe, toutes coulantes du désir de me sentir caressée par tes doigts, par ta langue, par ton gland, de le voir, ….rien que de l’écrire, une envie me revient….

La porte de la chambre était restée légèrement ouverte, la lumière filtrait, et moi je me caressais.
J’ai pensé à toi, à tout ce que tu écris et qui me revenait en mémoire, je te disais tout bas :
– viens mon cœur, viens !!!

Je me trouvais à côté de l’écran, en imaginant nos webcams branchées, où je pouvais te montrer, comment mes doigts s’installaient en moi, dans ma chaleur inondée. J’avais une envie folle de te regarder. De voir ce sexe que tu décris si bien, comme si je le connaissais.
Mais tu es tellement prolixe dans tes écrits, que je sais ce que tu penses, comment tu es. J’imagine très bien ce sexe devant moi, et tu dis si bien ce que j’aime tant. A croire, que je n’ai pas eu grand chose à t’expliquer de mes envies de toi. Tu lis dans mes pensées bien secrètes, et torrides.

Alors je t’ai vu devant moi, ta main sur ton sexe te masturbant, comme dans les récits se chevauchant dans ma tête.
Mon bassin a commencé une danse de désir d’aller à l’encontre de ta langue, de tes doigts, de ton gland tout chaud, lisse, tendu à l’extrême et qui viendrait se frotter contre mes lèvres, à l’entrée de ce puits. Mes doigts enfoncés dans ma grotte, je me suis fouillée en cherchant tous les endroits qui puissent me donner du plaisir, liés à toutes mes pensées.

Je t’ai imaginé me plaquant contre la porte, et te frottant le sexe contre le mien. Tu soulèves une de mes jambes, et tu me pénètres ainsi.
Puis tu te retires, il faut faire durer le plaisir…..

Je me suis alors contre toute prudence allongée sur le lit, jambes écartées, les yeux fixés sur la porte. Je pouvais mieux tendre mon ventre, aller vers ce plaisir qui montait là si délicieusement et si impérieusement.
Je t’ai appelé par mille petits mots d’amour, je t’ai offert ma croupe, je me suis en pensées agenouillée sur ce lit, et tu m’as prise en levrette, je t’ai senti cogner contre moi….
Tes bourses toutes gonflées battant contre mes fesses.
J’ai rêvé que tu me pénétrais avec ton pouce par mon petit trou, ce qui m’excite tant, et je me suis sentie partir dans mes délires de jouissance, centrée sur mon plaisir qui montait, montait.
J’avais envie de te prendre dans ma bouche, de te sucer, goulûment …..là j’ai à nouveau envie de me toucher, et de me faire plaisir…..

Et je me lève, je recommence à me caresser, comme tout à l’heure, à côté de cette feuille,…….…et je sors à l’instant de ma jouissance, je t’écris, un peu avec difficulté, en direct, après, ce moment où je me suis donnée à toi, où je t’ai dit :
– viens mon amour, prends moi, je t’appartiens.
La jouissance était là prête à exploser, mais à nouveau sans cris, ….c’est horrible, de ne pas pouvoir sortir tous ces hurlements de plaisir, car je m’extériorise. Je suis très bruyante, et c’est si bon !
Comme j’étais sur le seuil de l’ultime sensation, j’ai tourné mes doigts dans cet antre tout brûlant tendu vers toi, et à ce moment là, mes lèvres se contractant autour de mes doigts comme autour de ton sexe imaginaire, juste à la porte, à l’entrée, se frottant, glissant de plus en plus vite, jusqu’à ce que mon corps se cambre, ma bouche ouverte dans un cri étouffé, vers ce long frisson et pour la deuxième fois ce soir, ce tremblement entier de mon corps qui dans un seul cri te disait : Encore !

Illustration

Publicités

5 Commentaires (+ vous participez ?)

  1. etoile31
    Oct 22, 2017 @ 08:14:36

    Je suis venu là, à partir de ce mot-clé qui est sur la page d’accueil….. Je suis actuellement immergé dans le travail d’Elisa Brune, vous connaissez….?

    P.S.: je n’ai pas encore terminé la lecture du billet…. J’ai tant et tellement vécu ce que vous contez là, que je m’y suis instantanément reconnu…. Alors l’émotion est venue….

    Réponse

    • petale
      Oct 22, 2017 @ 21:51:35

      Elisa Brune, oui j’en ai entendu parler. La société est si prude lorsqu’il est question de sexualité de chaque personne quelle qu’elle soit, alors qu’elle se passe dans notre quotidien. J’ai déjà été taxée si souvent par des personnes venues sur mes deux autres blogs comme pornographique. Cela me fait sourire, elles n’ont pas lu Apollinaire, et d’autres auteurs que j’avais commencé à intégrer en ces lieux petit à petit.
      Pour l’émotion, c’est la vie 🙂
      Je viens de relire mon écrit réellement vécu et il m’a rappelé ce souvenir bien précis, si délicieux. 🙂

      Réponse

  2. baron42
    Avr 17, 2011 @ 22:07:06

    j’aime tes mots….merci ……..

    Réponse

  3. Ludie
    Mar 27, 2011 @ 21:53:44

    Pétale, encore une découverte!
    Je suis émerveillée.

    Réponse

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Statistique Geoweather

sexe amateur