L’amour immobile – Chapitre 2 – (2)


Illustration : Andrzej Malinowski

L’amour immobile – Chapitre 2 – (2)

Elle lui avait posé enfin une question indiscrète sur son physique. Par téléphone il lui avait répondu qu’il était grand plus d’un mètre quatre-vingts. Foncé de cheveux, les yeux bruns foncés. Il n’avait pas de photo disait-il. Un après-midi à l’heure de 16 heures branché via msn avec le micro, elle fit la connaissance de ce père si présent. Il ne prononça que quelques mots de politesse, rien d’autre. Maddy souriait en elle-même ressentant de si loin quelques réticences à son encontre.
Le rire de Mimi, quelque chose de si adorable, de craquant, impossible à décrire à cause de ce tuyau et pourtant elle aimait tant ce rire, les mots qu’ils lui disaient, ce qu’ils échangeaient au quotidien. Un soir branché tous les deux sur msn, par hasard, ils échangèrent dans le silence de la nuit certains propos plus chauds. Les mots devenaient alors de douces caresses remplaçant les mains absentes réellement. Des baisers volaient ainsi sur le clavier crevant l’écran pour venir se déposer sur les lèvres de l’aimé.

Ces conversations ainsi dévièrent rapidement vers d’autres mots plus crus. Maddy le séduisait et il se laissait si bien faire. Elle échangeait sur le mode sexuel sans pudeur aucune, presque en le provocant. Un jour cela avait été beaucoup plus loin en paroles et en ressentis surtout du côté de Mimi. Ensuite il avait demandé de ne plus aborder ce sujet de cette manière, cela le dérangeait.
Maddy comprit le message et arrêta. Son corps réclamait des caresses. Elle l’aimait, elle était amoureuse de lui, rien que de lui.

Maddy essayait de s’imaginer l’apparence de Mimi, comment il pouvait être physiquement.

Elle lui posait quelques questions qu’il éludait soit par de l’humour, soit en ne répondant pas. Elle n’était pas dupe. Elle souriait intérieurement, indulgente, se disant qu’il souhaitait de manière coquette maintenir un peu de suspens. N’ayant pas de webcam, il ne l’avais pas vue non plus et elle n’avait pas pu lui envoyer de photos d’elle-même. Pas de scanner, une simple imprimante à jet d’encre lui était plus qu’utile pour les travaux administratifs chez elle dans l’appartement qu’elle louait.

Elle était pourtant si intriguée. Elle l’imaginait grand, fort, allongé sur un lit, immobile, courageux, relié par un tuyau et puis là s’arrêtait son imagination. Pas d’expérience même visuelle dans ce domaine.
Seule leurs échanges comptaient, l’amour qu’ils éprouvaient l’un pour l’autre.

Papa était très présent et Maddy ressentait que cela pourrait avoir une incidence entre elle et Mimi. Cela la contrariait. Elle ne voulait pas de nuages, même si de nombreux désaccords les séparaient souvent. Il était  si différent d’elle.

Il lui disait qu’ils ne pourraient pas aller manger ensemble au restaurant, ni aller danser. Maddy avec une imagination toute débordante répondait que tout cela n’avait guère d’importance. Le restaurant ils pouvaient le créer ensemble chez lui. Et le bal pouvait se faire dans la tête en l’imaginant, en chantant. Pour elle cela ne lui semblait représenter aucun souci.

De caractère fonceuse, elle se disait que tout problème pouvait avoir une solution. Elle n’était pas si loin et envisageait de se déplacer pour aller le voir. Ils en parlaient. Il était triste que cela soit Maddy qui fasse ce voyage même court. Il ne trouvait pas cela normal. Et Maddy dans ces réflexions ne voyaient pas et n’entendaient pas, ce que Mimi voulait lui transmettre.

Amoureuse elle se disait que tout pouvait être accompli et résolu. Elle se sentait pousser des ailes dans le dos, se sentait capable de franchir des montagnes pour lui, de les parcourir, de pouvoir voler avec tout l’amour qu’il y avait dans son coeur. Mimi, amoureux lui écrivait des mots de tous les jours où il y exprimait ce qu’il ressentait et essayait de lui faire comprendre que son papa était là et qu’il devait petit à petit le préparer à sa visite qu’elle devait être patiente.
Alors Maddy soupirait intérieurement, elle espérant tant le voir en réalité.

Première rencontre

Elle fut patiente. Puis un jour du mois suivant, une date fut décidée. Elle flippait comme c’était pas possible. Le trouillomètre à zéro, elle prit un ticket de train, s’était renseignée sur le trajet, comment arriver chez Mimi. Bref une grande aventure, elle allait dans une ville qu’elle ne connaissait pas, devrait prendre un bus et aller ainsi vers cette rencontre tant attendue. Mimi lui disait seulement qu’il était très impatient. Qu’elle était invitée au repas de midi avec son papa.

Maddy se sentait comme une adolescente allant à son premier rendez-vous. Le coeur battant elle découvrit les paysages, le train régional, contrairement aux trains à grande vitesse avec lesquels elle voyageait assez souvent pour d’autres circonstances privées. A l’arrivée de cette grande gare en pleine métamorphose vu sa position stratégique vers les pays voisins, en descendant, elle regarda autour d’elle. C’était différent certes, le soleil brillait, elle se disait avoir de la chance et mit de côté ses appréhensions les oubliant presque.

Chapitre 2 – 3

Publicités

1 commentaire (+ vous participez ?)

  1. Ghislaine
    Mai 04, 2013 @ 15:02:06

    que le coeur doit battre vite, tres vite……………

    Réponse

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Statistique Geoweather

sexe amateur