L’amour immobile – Epilogue


L’amour immobile – Epilogue

Ils avaient trouvé leur équilibre en continuant à s’aimer avec un respect mutuel de cet amour si particulier, humain, et où Maddy apprenait grâce à Mimi une autre manière de se donner sans rien attendre en retour. Peut être était ce cela l’amour ? Elle l’ignorait, juste une question.

Elle ne pouvait oublier le regard que posait Mimi sur elle. Dans ce regard, elle se sentait aimée, femme, désirée. Dans ses yeux elle voyait ou croyait voir tout l’amour qu’il avait pour elle. Et elle ne pouvait que lui rendre ce qu’il lui donnait, tout était si naturel.

Et puis la vie pris un autre tour. Elle partit vers un autre pays. Mimi l’y incita et en fut en quelque sorte le principal instrument. Pendant un an, séparée de lui, et chaque jour essayant de ne pas perdre ce fil tenu mais indescriptible de continuer à s’aimer au-delà de toutes les décisions possibles.

Puis un jour du mois de juin, une année après son départ, Mimi tomba malade, une pneumonie plus grave que les autres. Elle s’en inquiéta avec les autres surtout son amie Rachel. Quelques coups de fil ce matin là échangé avec papa pour savoir comment il allait. Et puis un sms de Mimi jamais parti, question de communication avec les portables, et puis l’immense silence qui s’est installé à jamais.

Il était parti, libéré de ses entraves. Livre de voler enfin comme un papillon et d’entreprendre comme il le souhaitait tous les voyages qu’il avait envie de faire au-delà des monts et des vallées, et venir me rejoindre dans le creux de mon oreille pour me dire tous ces je t’aime qu’ils aimaient tant échanger.

Pour Mimi que Maddy n’oubliera jamais.

© petale septembre 2011

Publicités

8 Commentaires (+ vous participez ?)

  1. Ghislaine
    Mai 04, 2013 @ 18:08:17

    Je pleure…………..trop de ressenti…la souffrance, pleurer .encore………

    Réponse

    • petale
      Mai 04, 2013 @ 18:26:21

      Oui je sais et je comprends. Même en relisant en même temps que toi, j’ai dû m’obliger à passer rapidement à autre chose. Si longtemps après, et encore revivre ces évènements. Disons qu’il y a eu cet écrit qui me rappelle et me laisse des traces de choses que j’oublie. Quant à la fin, elle est peu « baclée » car il s’est passé tant de choses, pendant cette année là. J’étais si loin le jour où il est parti la veille de l’anniversaire de mon fils. Et puis ce fichu portable qui n’a pas su fonctionner. Et c’est très étrange ce qui c’est passé. Il a voulu envoyé 3 sms. Une à une roumaine, une à Rachel, c’est son pseudo et un à moi-même. Aucune des trois nous n’avons rien reçu. Tout à cafouillé. Et je me dis que ce n’est pas par hasard.
      Le reste je l’écrirai par mail, c’est plus discret.
      Je t’embrasse bien fort.

      Réponse

  2. Fée lili
    Déc 29, 2012 @ 12:26:04

    C’est un très bel hommage, Filamot que tu lui as rendu…& comme bien souvent avec une fin si triste…Je ne sais pas si je trouverai les mots pour écrire la mienne qui a beaucoup de ressemblance avec la tienne…en tout cas j’espère que cette merveilleuse histoire va m’inspirer, merci, bon réveillon, bises & à l’an 2013.

    Réponse

    • petale
      Jan 09, 2013 @ 12:12:09

      Bonjour feelili, et bonne et heureuse année. Plus moyen de retrouver le chemin de ce blog. J’ai dû passer par google et son nom. Ils en font des modifications chez WordPress. 🙂 Je suis heureuse que tu aies pu arriver au bout de cette nouvelle qui me tient tant à coeur. J’espère que toi tu trouveras les mots. Le plus difficile est de replonger dans les souvenirs. Il y a eu des moments où j’ai dû arrêter, car j’étais si triste. Snif ! Je te remercie d’avoir posté ceci. J’ai pas mal de soucis de santé, d’où mon absence un peu partout 😉
      J’aurais d’autres écrits à poster ici, mais je n’en ai pas le courage.
      Je t’embrasse et te souhaite aussi plein de bonnes choses. Et puis que l’inspiration te vienne pour cet écrit. Juste commencer par le départ. Se mettre derrière son clavier et puis laisser courir le début des mots, quitte à recommencer. Cette version n’est pas définitive. Peut-être la publierais-je sur atramenta ? C’est gratuit 🙂
      Pétale.

      Réponse

  3. lludie
    Mar 18, 2012 @ 07:56:52

    Oui Douce Pétale,
    on dit que la mort soulage.
    Du poids des douleurs terrestres, peut-être. Des contraintes du corps, des besoins de le nourrir régulièrement en denrées solides, et en oxygène. Bien sûr.
    Mais se nourrir d’amour et de ses pensées qui caressent l’ âme, je crois que même dans l’ au delà, cela ne s’arrête jamais.
    Pour moi c’est juste changer de véhicule, en prendre un plus léger pensant que l’ancien est « à la révision »
    J’ envoie vers Mimi et tous les Mimi du monde mes pensées papillon.

    Ludie, la chenille qui croque sa feuille.

    Réponse

    • petale
      Mar 18, 2012 @ 16:17:54

      Bonjour Lludie,
      Quelle belle réponse. J’embrasse la chenille que tu es et qui croque la feuille. J’espère tout de même que tu vivras plus longtemps qu’un papillon ? Te voir passer ici avec tes commentaires est délicieux.
      Bisous à toi Lludie et merci d’être là encore !

      Réponse

  4. lludie
    Fév 29, 2012 @ 18:43:09

    Mimi Mimi Mimi!
    Papillon papillon Papillon! léger.
    Pétale Pétale Pétale! Coloré.
    Mon dieu mon dieu mon Dieu! La vacuité!
    L’impermanence! L’éphémère de la vie du papillon , si beau, si léger qu’il peut voler.
    Tu me vois entrain de pleurer là?
    Mais ça va pas la tête! C’est qu’une histoire! Une histoire inventée.
    Oui, mais quand même. On a tous un Mimi dans le cœur et une Maddy qui me colle au corps.

    Merci Pétale pour tout ce que tu nous as donné. Recommence quand tu veux.
    Je t’embrasse tendrement.
    Ludie.

    Réponse

    • petale
      Mar 17, 2012 @ 12:08:48

      Bonjour Ludie,
      C’est histoire que j’ai racontée est vraie. Maddy l’a vécue. Une manière d’ extérioriser cette histoire et de rendre hommage à cet homme.
      Elle s’est déroulée comme je l’ai écrit. Oui parfois lorsque Maddy y pense, elle pleure encore. Elle ne peut oublier cet amour là, elle qui croit qu’elle ne peut aimer personne, même pas ses enfants.
      Tu as une âme sensible et tu as deviné Lludie que cette histoire était réelle 🙂
      Oui j’en raconterai d’autres histoires et mettrai d’autres poèmes.
      Bisous à toi aussi et merci pour ta gentille présence.

      Réponse

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Statistique Geoweather

sexe amateur